Connaissez vous la différence entre un bien matériel et une idée?

Notre société valorise de plus en plus la création et l’esprit créatif. On le constate chaque jour un peu partout. Il se développe une nouvelle forme d’économie, qui gravite autour du marché des idées. La création est un vecteur de croissance économique que vous devriez valoriser dans votre entreprise.

Temps de lecture estimé à 8 min

Quand je vous vends un bien matériel, je ne l’ai plus. Je ne peux plus le vendre à quelqu’un d’autre, puisque c’est vous qui l’avez. Par contre, si je vous vends une idée, je peux aussi la vendre à quelqu’un d’autre. En vous donnant l’idée, je l’ai en fait dupliquée. Le développement économique et les idées partagent un point commun, ils sont infinis, contrairement à nos ressources physiques qui sont définies.

1 - Prendre un mauvais départ

Votre processus de consultation d’agences commence peut-être mal avant même d’avoir débuté. Vous pourriez être perçu comme un vieux séducteur libidineux au fond du bar dont le comportement est tellement bizarre que les gens évitent à tout prix votre regard pour éviter d’être abordés… Les agences communiquent entre elles pour avertir leurs confrères de rester loin de certains clients.

La création ? Une économie exponentielle et infinie ! Si avec ça vous n’êtes toujours pas convaincus…

2 - Comment être créatif et avoir de bonnes idées ?

Se faire pousser des antennes, pour capter l’inconscient collectif. Selon le psychiatre suisse Carl Jung (1875–1961) fondateur de l’école de psychologie analytique et créateur du concept, l’inconscient collectif constitue “une condition ou une base de la psyché en soi, condition omniprésente, immuable, identique à elle-même en tous lieux. Les instincts et les archétypes constituent l’ensemble de l’inconscient collectif. Il est appelé « collectif » parce que, au contraire de l’inconscient personnel, il n’est pas fait de contenus individuels plus ou moins uniques ne se reproduisant pas, mais de contenus qui sont universels et qui apparaissent régulièrement”. (source wikipedia)

3 - Qu'est-ce qu'une création réussie ?

Si la réussite d’une œuvre (ou pas) peut faire débat, il peut être possible de qualifier et définir son objectif. Ne pourrait-on pas définir l’objectif d’une œuvre par sa capacité à pénétrer l’esprit du public et s’y installer, ajoutant à la richesse et à la profondeur de cet esprit ? Une personne créative serait au sens le plus profond, garant de l’esprit de l’humanité. Aux générations suivantes de créatifs de capter, assimiler et marquer leurs époques. Le créatif est à la fois un collecteur, un réservoir et un émetteur de l’inconscient collectif.

L’évolution de l’inconscient collectif à l’heure du numérique.

L’omniprésence du numérique dans nos sociétés a créé un nouveau monde virtuel, éternel et éthéré, créant avec lui un état d’entropie philosophique. Plus que jamais la technologie a supplanté la pensée culturelle et l’éthique. Ce que Jung a décrit une fois comme “l’inconscient collectif” était considéré une fois comme étant de la parapsychologie ou trop ésotérique. C’est devenu maintenant une réalité consciente de la création. Nous participons maintenant, accidentellement ou intentionnellement, à la création d’un inconscient collectif qui, plus que jamais, a une présence visible et un effet direct et indirect considérable sur nos groupes culturels, tout en ayant un attrait inconscient mondial.

4 - Des idées ? oui, mais…

Tout le monde parle d’innovation… une start-up est une entreprise qui innove… On cite en exemple les licornes de l’économie de demain. Est-ce qu’Uber représente le progrès ? Mais il ne faut pas confondre innovation et progrès. Le progrès est une innovation qui a du sens et qui n’aliène pas notre société et notre planète. L’inconscient collectif (encore lui) est justement très sensible à l’éthique et au développement durable.

Pas envie de se faire pousser des antennes ? Travaillez avec des créatifs !

Certains individus sont capables de capter ces idées, ces aspirations pour les matérialiser au travers de leurs productions. C’est ce qui rend ces productions évidentes et qu’elles se popularisent très vite. Ce qui fait le succès d’une idée, d’un business, d’une invention ou d’une œuvre, c’est qu’elle répond à l’inconscient collectif. Designers, architectes, graphistes, musiciens, web designers. Tous ces individus et beaucoup d’autres sont des créatifs. Collaborer avec des créatifs peut donc être considéré comme investissement sur des besoins spécifiques.

Pour conclure.

Je co-dirige depuis quelques années une agence qui concentre toute son attention à la captation de cet inconscient collectif pour le retranscrire au travers d’idées et de créations. Nous sommes accompagnés par un collectif d’experts pluridisciplinaires capable de livrer des projets qui ont du sens et une éthique. Nos clients comprennent que nous ne sommes pas une dépense nécessaire, mais un investissement dans le développement de leurs entreprises.

Vous avez des projets ? Nous avons des idées ! On en parle ?